7mai- arrivée à 4heures du matin à l’aéroport qui ne fonctione que la Nuit ¡! , il y a trois théories sur ce phénomène, la 1ère c’est l’élec et oui la Nuit on est sur d’être alimenter le jour c plus compliqué, la seconde c’est qu’il y a tellement peu de gens qui viennent ici qu’on attend que tout les vols arrivent aux 2-3 hubs existants (vienne, prague) avant d’envoyer les avions sur Tbilisi, la 3ème c’est le lobby des taxis mais on était bien content d'en trouver un. L’hotel est en fait une maison partagée genre maison sovitique la famille les voisins tout le monde là-dedans, on galère pour trouver l’entrée et quand on se couche, le soleil se lève et fuck oublié de tirer les rideaux, dodo (c'est le nom de la proprio) nous acceuille comme si le jour était déja bien avancé: petite dame bien énergique de 70 ans avec mari bedonnant et chemise ouverte qui travaille son hello le matin. La maison est remplie d’anglais, allemands et suisses, dodo nous offre une goulache en guise de petit dej voyant marceau affamé. En cherchant la douche, je tombe sur un japonais bien rasé tatoué de partout, piercing de rigueur, la cinquantaine et la panse imposante, sans sourire il appuie sur sa serviette de peur de la voir s’évanouir - ouf eau chaude, 

DSC_0236

welcome to Tbilisi mais bon dieu qu’est ce qu’on fout là, on n'a pas regardé un guide, un site Internet ou un même un bouquin de voyageur. On a juste vu une Belle Photo d’une église perchée entre les montagnes et on l'a préfrérée aux plages brésiliennes. Et oui un peu maso , mais on en sort toujo urs un peu grandi mon chéri me dirait ma chère mère. La vieille ville a changé certainement, entre facades refaites (un peu trop) et charpente en ruines se dessine la ville de l’époque, un pope tente de toucher Marceau sans succès, dans sa vieille église les hommes dans une Chapelle récitent à n’en plus finir un psaume j’imagine, de vieilles peintures dorées à l’éfigie de Jésus, les yeux disproportionés, ornent l’église, dehors des femmes semi voilées attendent puis demandent audience au Jeune prêtre à la barbe grisonnante.